Faire Racheter Un Rachat de Crédit: 7 Astuces

Le taux des prêts a rarement été aussi bas que maintenant. Je tiens à vous faire partager mon expérience. Profitez-en pour économiser de l’argent ! Sachez-le : si vous avez déjà fait racheter vos dettes, vous pouvez faire un deuxième rachat de crédit. Voici mes astuces si vous avez accumulé les crédits à des taux beaucoup trop élevés.


Simulez votre rachat de crédit


Peut-on faire racheter un rachat de crédit ?

Si vous avez déjà fait cette opération une première fois, vous pouvez, après avoir laissé passé un peu de temps, regrouper vos crédits une deuxième fois.

Avoir déjà fait racheter vos crédits dans le passé ne vous bloquera pas pour renouveler l’opération. En effet, des événements ont pu venir de nouveau déséquilibrer votre budget (la perte d’un emploi, une maladie, un nouveau crédit…), et les organismes financiers peuvent le comprendre.



Le délai à respecter

Il n’y a aucune indication légale de délai entre deux rachats de crédits.

Toutefois, nous vous conseillons d’attendre au moins 1 an pour effectuer une autre demande, sauf si vous avez besoin de financer une nouvelle opération sans augmenter votre taux d’endettement ou si vous avez au moins 20 % de nouveaux crédits en plus à rembourser.

Peut-on vraiment faire un troisième rachat de crédit ?

Si ça a marché 2 fois, pourquoi ça ne pourrait pas marcher 3 fois ? Dans l’absolu, il n’y a pas de limites, même si les banques préfèrent que du temps se soit écoulé avant une nouvelle demande.

Dans tous les cas, il faudra ne pas avoir manqué une seule mensualité de remboursement.


Les avantages d’un deuxième rachat de crédit

Regrouper mes prêts une nouvelle fois m’a fait gagner 27 962 €. Moi aussi ça m’a semblé fou de pouvoir gagner de l’argent en faisant un autre rachat de crédit, et pourtant c’est possible ! Je m’explique.

Je vais être franc : avant de faire racheter mes dettes mon quotidien n’étais pas rose. Je venais de perdre mon travail. Mes revenus ont baissé de presque 50 % (si vous traversez une longue période de chômage, que vous êtes en longue maladie ou que vous touchez le RSA vous savez de quoi je parle).

Lorsque le sort s’acharne, il y a une façon de faire descendre ses mensualités pour pouvoir les honorer. Comment ça fonctionne : en souscrivant un nouvel emprunt qui vient rembourser tous les autres. Plus qu’un seul interlocuteur, et un meilleur taux si vous y souscrivez au bon moment.



Les économies

Se faire racheter son crédit 2 fois : voici comment j’ai économisé encore plus d’argent. Car ce n’est pas parce qu’on a fait un premier rachat de crédit que tout s’est amélioré d’un coup. Pour ma part, même si j’avais déjà 20000 € d’économisé sur la totalité, ce n’était pas encore suffisant.

Les sommes économisées chaque mois grâce à un meilleur taux, une fois additionnées donnent cette somme de 27 962 €. Démentiel ce qu’un taux plus bas peut permettre de faire comme économies !

En contrepartie, l’horizon du solde de mes dettes c’est éloigné et je me suis demandé quand j’allais en voir le bout. C’est un peu le revers de la médaille : les crédits s’étirent dans le temps.


Mes conseils

Je vous conseille d’emprunter plus que la somme dont vous avez besoin pour rembourser. Si vous avez d’autres projets, profitez en pour emprunter un peu plus afin de pouvoir les réaliser (toujours dans la limite de vos capacités de remboursement, bien entendu).

Vu les taux aujourd’hui, si vous avez emprunté il y a 3 ans, vous devriez en sortir gagnant et faire des économies.

Mon conseil pour ne pas perdre de l’argent

Un deuxième rachat ne doit se faire que pour être gagnant sur les taux, ou à la limite, pour ne pas se faire saisir sa maison. Mais là il faudra avoir les reins solides.

Dans le cas contraire, ce n’est pas la bonne solution. Mieux vaut trouver des arrangements avec vos créanciers ou déposer un dossier de surendettement. Car rappelez-vous que vous ne devez pas consacrer plus de 30 % de vos revenus à payer vos dettes, car dans ce cas-là, aucune banque ne voudra jouer le jeu, et elles auront raison.

Un autre rachat ne sera bénéfique pour vous que dans les conditions suivantes 

  • Vous avez trouvé un meilleur taux effectif annuel global (TAEG).
  • Vous aurez moins de charges à payer chaque mois.
  • Vous ne risquez plus de ne pas être solvable.
  • Vous avez un peu d’épargne.
  • Votre taux d’endettement ne sera pas impacté, même avec vos nouveaux projets.
  • Vous avez moins de mensualités à payer.
  • Vous gagnez en pouvoir d’achat.
  • Vous reconstituez votre trésorerie.

Utilisez le rachat pour ne pas perdre votre logement

C’est mon appartement qui a été au centre de mon rachat comme c’est le cas pour beaucoup de gens d’ailleurs. Je m’explique : on rachète un emprunt très souvent pour ne pas se faire expulser du logement qu’on n’arrive pas à payer. 

Je vous conseille aussi de vous informer aussi sur le crédit hypothécaire.

Un rachat de crédit n’est pas « une chance », mais une nouvelle possibilité de profiter vous aussi des taux en vigueur, bien meilleur que ceux pour lesquels vous avez signé.

Pourquoi cette seconde chance est-elle plutôt réservée aux propriétaires ?

Il y a peu de chance d’obtenir cette seconde « chance » si vous ne possédez pas votre logement. Il est demandé dans cette situation d’avoir un bien immobilier à mettre en garantie, surtout si vos besoins dépassent les 200 000 €.

Bon à savoir : les organismes financiers sont de plus en plus nombreux à proposer le rachat, faites jouer la concurrence. Si une porte se ferme, une autre s’ouvrira, à moins d’être FICP. Généralement, les banques n’aiment pas ça.



Contrairement aux idées reçues vous ne perdrez pas vos avantages fiscaux en faisant racheter votre crédit

Si vos crédits peuvent être regroupés, vous avez peut-être peur de ne plus pouvoir déduire les intérêts de vos revenus fonciers. Rassurez-vous, vous garderez ce privilège !

Votre réduction d’impôt sera différente, par contre elle sera un peu moins importante, puisque le calcul se fera en fonction des nouveaux intérêts.

Convaincre le banquier : comment j’ai fait pour qu’il dise oui

C’est votre situation financière qui permettra de débloquer un nouveau dossier. Si ces conditions sont réunies, vous allez pouvoir renégocier votre taux d’intérêt, en profitant des tarifs en cours au moment de votre demande. En cas de doute, aller voir votre banquier, un courtier, et faites une simulation. Cela vous évitera d’engager des démarches pour rien.

Vous pouvez avoir besoin d’un deuxième rachat de crédit pour encore faire baisser vos mensualités ou pour lutter contre un nouveau problème financier.

Ce que vous ne devez surtout pas dire à votre banquier

Il ne va pas accepter n’importe quelle raison. Pour lui, certaines ne sont pas valables du tout :

  • Payer vos dettes
  • Lutter contre une maladie grave
  • Faire face à un divorce
  • Vous n’avez plus de travail…

Par contre s’il s’agit de faire des travaux chez vous et que vous avez les moyens de rembourser, cela peut l’intéresser… À vous de voir s’il ne vaut pas mieux attendre un peu et les remettre à plus tard.

Les raisons que le banquier « aime »

  • Réduction de vos charges mensuelles par l’obtention d’un meilleur taux.
  • Surendettement évité.
  • Remboursement partiel du 1er rachat grâce à votre épargne.
  • Réduire son taux d’endettement.
  • Acheter un bien immobilier.
  • Financer un nouveau projet dans les limites du taux d’endettement.

La banque m’a imposé des conditions : ce qu’elle m’a demandé

Faire un deuxième rachat de crédit, c’est un peu comme demander une faveur à sa banque. Mais elle ne fera pas n’importe quoi pour vos beaux yeux (pourtant les miens sont pas mal du tout !).

Pour mon second rachat, la banque a vérifié mon aptitude à pouvoir rembourser (comme elle l’avait fait pour le 1er rachat d’ailleurs). De plus, elle a exigé que je ne souscrive pas d’autres prêts immobiliers ou à la consommation.

Enfin, et cette condition n’est pas des moindres, elle a pris une garantie hypothécaire sur mon appartement, en veillant bien à ce que mon remboursement ne dépasse pas 60 % de ce que je gagne.


Un deuxième rachat de crédit est-il fait pour vous ?

C’est une prise de risque : vous pouvez économiser de l’argent mais aussi en perdre, le risque étant de tout perdre si la situation personnelle et professionnelle de l’emprunteur (vous, moi) s’aggrave encore.

Cette règle est 2 fois plus valable encore en cas de fichage Banque de France ou de surendettement. Surtout que la banque peut vous demander de mettre en place une cession sur salaire pour une plus grande garantie.

Les cas où c’est impossible : vous ne pourrez pas vous faire racheter vos crédits

Une règle : ne vous voilez jamais la face et ne faites pas l’autruche. Si vous êtes surendettés, au RSA, en CDD au SMIC, intérimaire, que vous louez votre logement, fiché FCIP ou FCC à la Banque de France, les chances d’obtenir encore un rachat de crédit sont de 0.

Il faudra donc trouver un autre moyen pour avoir de l’argent :

  • L’emprunt familial,
  • ou bien monter un dossier de surendettement avec une association comme CRESUS.

Je pense n’avoir pas trop besoin de vous expliquer pourquoi : une banque ou un organisme financier n’est pas un philanthrope, et il ne prend aucun risque.

Si vous voulez en savoir plus, je vous recommande de prendre quelques minutes pour bien comprendre les enjeux :

Du crédit et de l’interdiction bancaire

Des incidences d’un fichage Banque de France


Les autres problèmes que vous pouvez rencontrer pour un deuxième rachat de crédit

  • Le délai n’est pas suffisant (dans tous les cas, essayez de respecter un délai de 3 mois).
  • Vous avez dépassé le plafond à partir du quel la banque hésite (différent selon les organismes financiers).
  • Vous avez plus de 4 crédits à regrouper.
  • Problèmes de prélèvement.

Posez-vous les bonnes questions pour ne pas que cela vous coûte encore plus cher

Renégocier votre emprunt, faire un deuxième rachat de crédit, oui, mais pourquoi ? Racheter pour racheter, non. Il faut avoir un but, un projet, ou une éclaircie dans ses finances à venir. Ce n’est pas un acte anodin. Il vous coutera de l’argent et sans doute des maux de tête sur encore de nombreuses années.

Si vous êtes déjà dans la galère financière, que les perspectives de retrouver du boulot sont bouchées, ne faites pas l’autruche : ce n’est pas pour vous ! Votre situation risquerait de s’aggraver encore plus, et dans ces cas-là, les huissiers ne sont jamais très loin de la porte.


Peut-on faire un prêt après un deuxième rachat de crédit ?

Si je vous en parle de cet article, c’est parce que cela m’est arrivé et que personne ne m’avait prévenu. En effet, dans mon contrat de rachat de prêt, il y avait une clause qui m’empêchait de souscrire un nouveau crédit ailleurs, à moins que la banque ne me donne son accord.

J’ai trouvé ça un peu fort, et j’ai rappelé à ma banque que cette clause avait récemment été déclarée abusive par les tribunaux. Je m’y suis donc opposé. En effet, de quel droit la banque pouvait décider ce que j’avais le droit et pas le droit de faire.

Voici à quoi ressemblait cette clause dans mon contrat 

« l’emprunteur s’engage à ne pas faire de nouveaux crédits et à ne pas accepter de nouvelles charges financières susceptibles de rendre plus important son endettement, sauf accord de la société créancière ».

Alors bien sur, l’organisme financier pourra toujours vous rétorquer que c’est une clause qui est faite dans votre intérêt, pour ne pas que vous vous endettiez plus. En fait c’est surtout dans son intérêt à lui, pour être certain que vous puissiez rembourser ce que vous lui devez.

Le délai entre 2 rachats de crédits : il peut être raccourci

Nous venons de voir que si réunissez les conditions, rien ne s’y oppose. Toutefois, il est d’usage d’attendre 1 an entre une première et une deuxième demande. Sachez toutefois que la loi n’impose rien. Il n’y a aucun délai légal.

Chaque banque a donc ses propres critères, qu’elle adapte à sa guise. Heureusement, il existe des dérogations pour ne pas attendre dans la plupart des établissements :

  • Financement d’un nouveau projet
  • Un montant pas supérieur de + de 20% entre les 2 crédits

Passer par un courtier permet de payer moins d’intérêts

Pourquoi ne pas passer par un courtier ? C’est un pro du crédit, et même si son costume de VRP ne vous plait pas, il connait les mécanismes du rachat et les rouages à actionner pour avoir le maximum de chance que cela fonctionne.

C’est un courtier qui s’est occupé de mon rachat de crédit. Grâce à lui, j’ai gagné 2 600 € supplémentaires que si j’avais fait les démarches moi-même.

Le courtier vous fera aussi gagner du temps, puisqu’il va déposer plusieurs dossiers, faire jouer ses contacts. Il connait le marché, les taux et les capacités de négociations des uns et des autres.  Il peut aussi vous éviter de payer des pénalités sur des remboursements anticipés.

Un conseil : ne multipliez pas les interlocuteurs, cela pourrait court-circuiter votre demande. Choisissez bien votre courtier en amont, allez sur les forums pour savoir ce qui se dit de lui sur le net.


Comment renégocier ses emprunts ?

On ne peut pas toujours racheter ses prêts, tout va dépendre des crédits en cause et de leur durée.  Il est parfois plus intéressant de tenter de renégocier plutôt que de vous lancer dans un rachat. Renégocier peut vous faire économiser plusieurs milliers d’euros

Mon conseil : contactez les organismes en direct

Pour mon prêt consommation par exemple, j’ai choisi de renégocier les mensualités directement avec l’organisme en question. Le TEG était vraiment trop important, proche du taux d’usure et il a accepté ma demande sans faire de problème car il le sait aussi : plus la durée s’allonge plus il gagne de l’argent.

Ce que je vous conseille de faire si ça coince avec votre banquier

Si le TEG (taux d’intérêt) vous semble trop important, allez voir la concurrence sans avoir de scrupules. Après tout, n’oubliez pas que vous êtes un client, et que sans vous, les banques n’existeraient pas !


Pour conclure 

Voilà. Vous savez maintenant comment j’ai réussi à économiser plusieurs dizaines de milliers d’euros entre mes deux rachats de crédits et l’intervention de mon courtier. Je vous conseille toutefois de ne pas céder à la première sirène, et de bien comparer les offres de plusieurs banques, pour trouver la meilleure !