Micro Crédit Rapide Belgique [Chômeur]: Credal & MicroStart

Micro Crédit Rapide Belgique [Chômeur]: Credal & MicroStart
4.9 (97.14%) 7 votes

Le micro crédit social est une aide pour tous, quelque soit votre situation financière. Elle se destine surtout à ceux qui sont rejetés par le crédit classique. Ainsi, le Credal est un organisme de micro-crédit social en Belgique, qui intervient sur tout le territoire et aide les belges en difficultés. Le micro crédit pour chômeur en Belgique n’est pas une aide sociale, mais un emprunt dont le but est la réinsertion. Même si les conditions sont plus intéressantes qu’un crédit bancaire classique, il faudra le rembourser. À suivre, toutes les explications pour demander un petit prêt en Belgique.

Le CREDAL : qu’est-ce que c’est ?

Le CREDAL se positionne comme une organisation qui oscille entre le crédit entre particuliers, et l’associatif comme l’ADIE en France. L’organisation souhaite une meilleure redistribution de l’argent et de l’utilisation du crédit en Belgique.

Vous pouvez aussi lire mes articles pour en savoir plus sur :

L’emprunt : prêt pour chômeur en Belgique

La cible prioritaire du CREDAL reste les demandeurs d’emplois, avec la mise à disposition de prêts pour chômeurs, sachant qu’il est de plus en plus difficile d’obtenir un prêt personnel sans justificatif en Belgique (contrat de travail).

Le revenu d’intégration (équivalent du RSA français en Belgique) est aussi concerné par le micro crédit du Credal.

Pour tout savoir sur le RSA, c’est ici !

Emprunter avec le revenu d’intégration

Voilà comment les choses se passent concrètement : des coopérateurs investissent leur épargne pour améliorer le quotidien des bénéficiaires du Minimex (ancien nom du revenu d’intégration), mais aussi de tous ceux qui veulent créer une entreprise en Belgique, sans avoir les moyens de demander un crédit bancaire.

Placer son argent dans le Credal, c’est vouloir faire un placement éthique et durable, qui va bénéficier à la communauté.

Règle sur le montant du revenu d’intégration en Belgique

Actuellement, le montant du revenu d’intégration belge est supérieur à 500 euros pour un cohabitant. La somme est différente selon que vous viviez seul ou avec une famille à charge.

Évolution depuis 12 ans du revenu d’intégration belge

Comment en bénéficier ?

Le revenu d’intégration est mis à disposition des demandeurs d’emplois non indemnisés, par les centres d’action sociale en Belgique. Pour en bénéficier, il faut

  1. Résider en Belgique,
  2. être de nationalité belge,
  3. être majeur,
  4. rechercher du travail,
  5. et ne pas disposer d’autres ressources nécessaires pour vivre.

Le minimex, présentement appelé revenu d’intégration, pourra être demandé si toutes ces conditions sont réunies.

Les crédits du CREDAL

Si vous avez difficilement accès au crédit bancaire classique, vous pouvez donc vous tourner vers l’offre de crédit de l’organisme Credal, qui verra avec vous comment obtenir un microcrédit en Belgique, même si votre situation professionnel n’est pas reluisante, surtout même.

La simulation de prêt peut se faire rapidement en ligne, et l’organisme d’aide financière dirigera les demandeurs vers la formule de crédit la plus adaptée à leur situation actuelle.

De l’argent solidaire peut être versé pour :

  • Une association
  • Une création d’entreprise
  • Un particulier

Le microcrédit personnel du CREDAL

Ce n’est pas parce que vous disposez de faibles revenus que vous n’avez pas besoin de faire des achats, en période de soldes par exemple, ou de remplacer des appareils tombés en panne (sans parler du besoin de changer votre voiture, ou de faire réparer votre scooter).

Vous pouvez aussi avoir besoin de mieux vous chauffer, et de réaliser pour cela des travaux d’isolation, même coûteux.

A lire aussi sur un sujet qui pourrait fortement vous intéresser : mon article consacré au crédit hypothécaire.

Un crédit pour qui ?

Pour vous, surtout si vous bénéficiez des allocations sociales et que vous avez de faibles revenus professionnels. Les 3 crédits pour particuliers sont :

  • Le crédit social accompagné.
  • Le prêt vert bruxellois.
  • Le crédit bien vivre chez soi.

1. Le crédit social accompagné

Vous pouvez financer : electroménager, ordinateur, confort de votre logement, une voiture, un 2 roues, votre formation, votre permis de conduire, vos frais de santé, votre équipement handicapé pour votre logement.

Les financements exclus : prêts hypothécaires, frais de notaire, réserve d’argent, remboursement de dettes, crédits, arriérés de factures et découverts bancaires.

Les conditions : vous devez habiter dans la région wallonne ou dans la région bruxelloise, bénéficier d’allocations sociales (CPAS, chômage…) et disposer de petits revenus (intérimaire, temps partiel, petit salaire).

Revenu à ne pas dépasser : 1188 € par mois pour une personne seule ou 1620 € si vous êtes en couple.

Les conditions financières

  • Montant : entre 500 et 10000 €
  • Taux d’intérêt : entre 4% et 5% TAEG
  • Durée de remboursement : de 18 à 48 mois.

Voici une simulation personnalisée en fonction du montant, du taux d’intérêt et des mensualités :

Crédit refusé : voici pourquoi

Vous devez connaitre un point important si vous êtes fiché en défaut de paiement à la Centrale des crédits aux particuliers (Banque Nationale). Si la cause de ce fichage est un crédit à la consommation qui dépasse les 1000 €, alors le CREDAL ne pourra rien faire pour vous.

2. Le prêt vert bruxellois

Son but est de réaliser des travaux d’amélioration énergétique chez vous.

Vous pouvez financer : l’isolation du toit, du mur et du sol, le chauffage, la chaudière, une pompe à chaleur, des panneaux solaires.

Les conditions : vous devez habiter dans la région bruxelloise (propriétaire ou locataire peu importe).

Revenu à ne pas dépasser :

Les conditions financières

  • Montant : entre 500 et 25000 €
  • Taux d’intérêt : entre 0 et 1% TAEG
  • Durée de remboursement : maximum 10 ans.

Sur ce tableau, retrouvez en un coup d’oeil la durée de remboursement demandée en fonction de la somme que vous allez emprunter.

Le microcrédit pour entrepreneur

A côté du crédit social, Credal s’active pour la création d’entreprise, afin de permettre aux plus démunis de pouvoir lançer leur activité, et cela même si les banques font la sourde oreille.

C’est un prêt pour les futurs indépendants en Wallonie et à Bruxelles.

Démarrer sa petite entreprise en Belgique

Même en étant rejeté par le système, c’est possible. Si vous touchez le revenu d’intégration et que vous avez un projet pro nécessitant un petit apport au démarrage, il y a des solutions pour vous.

Le micro crédit social en Belgique pour interdit bancaire est aussi possible avec le Credal, sous certaines conditions.

Note : les projets à valeur éthique, écologique ou durable, permettant l’insertion du créateur et éventuellement de collaborateurs seront privilégiés par le Credal pour l’octroi du prêt.

L’offre de crédit si vous êtes entrepreneur

Des formules, différentes, selon que vous soyez indépendant ou sous la forme d’une petite entreprise.

1. Le micro crédit professionnel

Pour qui : les indépendants et les très petites entreprises.

Pour quoi : pour démarrer votre activité, la faire croitre, alors que les banques vous disent non.

Régions concernées : Bruxelles et la Wallonie.

Montant : 25 000 €

2. Le microcrédit développement durable

Pour qui : les indépendants et les très petites entreprises.

Pour quoi : pour acheter des équipements ou améliorer la sécurité de la structure d’accueil.

Régions concernées : Bruxelles et la Wallonie.

Montant : 25 000 €

3. Le microcrédit BB Pack

Pour qui : les structures d’accueil petite enfance.

Pour quoi : pour démarrer votre activité, la faire croitre, alors que les banques vous disent non. Vous devez tourner autour d’une des thématiques du développement durables.

Région concernée : Wallonie.

Montant : 10 000 €

4. Le micro crédit relance

Pour qui : les entreprises en difficulté.

Pour quoi : pour relancer l’activité en réglant les factures nécessaires.

Région concernée : Bruxelles.

Montant : 15 000 €

5. Le crédit impact +

Pour qui : les entrepreneurs sociaux.

Pour quoi : pour démarrer un projet qui soit durable ou sociable, ou pour lui donner une seconde chance.

Régions concernées : Bruxelles et la Wallonie.

Montant : 200 000 €

L’offre de crédit si vous êtes une association

Vous êtes une association et vous avez besoin d’un crédit ? Vous avez un projet qui peut rendre service à la communauté mais qui nécessite un financement particulier ? Alors vous pouvez trouver dans le CREDAL le partenaire financier qu’il vous faut.

Il n’y a pas d’offre spécifique avec un taux pré-défini. Mais l’organisme a l’habitude de traiter ce genre de dossiers. Cela fait 30 ans que le CREDAL aide les associations.

Présentation du programme MicroStart

Il est possible d’obtenir une aide supplémentaire lorsqu’on veut lancer son activité dans les quartiers difficiles de Bruxelles, en bénéficiant du programme MicroStart, créé par l’ADIE en coopération avec la banque BNP Paribas Fortis.

De quoi s’agit-il ?

De petits crédits, oscillant entre 1000 et 10 000 euros, qui peuvent être alloués aux créateurs qui redynamisent par leur activité à venir ces quartiers défavorisés de Bruxelles. Un accompagnement particulier du créateur sera mis en place pour le faire bénéficier de l’expérience de l’ADIE en matière de création d’entreprise, et ainsi aider à la viabilité du projet sur les premières années d’existence.

Un micro crédit pour quoi faire ?

La liste est longue, mais elle est réservée à ceux qui veulent être indépendant et monter leur entreprise. Si vous êtes déjà indépendant, vous êtes aussi éligible. Même chose si vous avez une ASBL.

Cela peut passer par : des travaux de rénovation, de l’apport en conseils, de l’achat de matériel, un besoin en trésorerie, la fourniture d’une garantie locative, l’achat d’un véhicule d’occasion, ou même pour le rachat d’une entreprise, pour acheter du stock, pour remettre des machines en état, pour le BFR (besoin en fonds de roulement), pour payer les frais au démarrage…

À combien se monte se microcrédit professionnel ?

Les prêts vont de 500 à 15000 euros. Tous les projets n’ont pas besoin de la même somme, ce qui compte c’est d’emprunter d’une façon juste. Sachez que vous aurez toujours des frais de dossier à payer, qui augmenteront avec la somme empruntée.

Si vous avez besoin de + de 15 000 euros, sachez que Micro Start peut vous aider à monter d’autres dossiers de financements complémentaires auprès d’autres partenaires.

Quelques exemples :

  • 2000 € empruntés à rembourser sur 1 an : 100 € de frais de dossier et une mensualité de 176 € par mois.
  • 7500 € à rembourser sur 3 ans : 375 € de frais de dossier et une mensualité de 238 € sur 36 mois.
  • 15 000 € à rembourser sur 4 ans : 750 € de frais de dossier et une mensualité de 373 € sur 48 mois.

Simulation pour 5000 €

Simulation pour 10 000 €

BON À SAVOIR : si vous voulez rembourser en avance, vous avez le droit de le faire. Le remboursement par anticipation ne vous coutera pas de frais ou de pénalité.

Que faut-il faire pour être éligible ?

Vous pouvez au choix être en phase de création ou bien avoir déjà lancé votre activité. Si les banques refusent de vous prêter, et même si vous êtes en faillite ou avec des dettes, alors vous êtes le bienvenu chez MicroStart.

Les critères qui vont être retenus : le comité va chercher à savoir si vous avez une certaine expérience dans l’entreprenariat, si votre business plan tient la route (il n’est pas obligatoire mais reste fortement recommandé), si vous connaissez le domaine où vous voulez exercer et si vous avez le réseau pour y exceller, et si vous avez la bonne attitude.

Mais il faut impérativement :

  1. Que le financement récolté ne serve qu’à votre projet professionnel.
  2. Que vous vous lanciez très vite. Si vous êtes dans une phase où vous devez peaufiner votre projet, on vous proposera de l’aide ou une formation pour vous permettre d’être prêt à présenter un dossier complet le plus vit possible.
  3. Que l’argent que vous allez gagner vienne de Belgique.
  4. Que vous ne soyez pas en règlement collectif de dette (l’équivalent du surendettement en France).

Les étapes qui vous permettront d’obtenir un crédit pour votre entreprise

  1. Faite votre demande sur Internet.
  2. Choisissez, si vous le voulez, de suivre une formation.
  3. Attendez le résultat de la présentation de votre projet au comité de crédit. Si votre dossier est complet vous n’aurez besoin d’attendre votre réponse que pendant 1 semaine.
  4. Signez votre contrat.
  5. Attendez que l’argent arrive sur votre compte. Il faut compter en moyenne 10 jours entre l’acceptation et la réception effective des fonds sur votre compte bancaire.
  6. Commencez à rembourser (si vous avez du mal à faire face à une échéance, n’attendez pas avant d’en informer votre conseiller).
  7. Profitez de l’accompagnement qui vous est proposé.

Les documents nécessaires pour le montage du dossier

Vous allez devoir fournir certains documents, mais votre garant aussi. Vous devrez toujours avoir un garant qui soit responsable de la moitié de votre prêt. Si vous n’en avez pas, vous pouvez aussi bloquer 25% du prêt sur un compte en guise de garantie. Ces 25% seront bloqués sur un compte épargne le temps que vous finissiez de rembourser votre prêt.

Attention : l’épargne préalable reste quand même considérée comme quelque chose de plus risqué qu’un garant. Même avec 25 % de votre prêt bloqué sur un compte, votre dossier risque d’être refusé.

Pour vous :

  • CNI
  • Vos relevés de compte des 3 derniers mois
  • Un justificatif de revenu
  • Un document venant de la centrale de crédits des particuliers

Pour votre garant : la même chose, sauf  les relevés de compte.

Est-ce possible de faire un crédit en Belgique pour un français ?

Je vous vois venir. Votre dossier n’est pas passé en France, et vous vous dites que puisqu’on est en Europe, pourquoi ne pas tenter votre chance en Belgique… Bien essayé !

Obtenir un crédit en Belgique en étant fiché Banque de France est possible pour un français qui le souhaiterait, à condition de résider en Belgique et d’y payer ses impôts (y habiter plus de 6 mois par an).

Tout le monde n’est pas logé à la même enseigne

Comme toujours, la situation de chacun est différente, c’est le montage et le fonds du dossier qui fera la différence, mais aussi les garanties que vous pourrez apporter à votre banquier belge !

SI vous êtes juste financièrement, je ne vous conseille pas, si vous êtes français, de venir tenter votre chance en Belgique. De toute façon, la plupart des prêts évoqués ici ne concernent que les citoyens de certaines régions en Belgique. Les français n’y sont pas éligibles.

Quel que soit votre besoin d’argent, que vous soyez un particulier, une association ou un pro, la Belgique permet aux exclus du système de pouvoir quand même emprunter une petite somme pour réaliser des projets. Si le système le permet, n’hésitez pas à déposer une demande. Qui ne demande rien n’a rien !

A lire également : les associations françaises auxquelles il est possible de demander un micro crédit (pour les français en situation difficile, RSA et autres