Faire un crédit pour combler un découvert : 5 conseils pour ne pas avoir à emprunter et éviter le surendettement

à découvert

Emprunter permet de répondre à un besoin urgent d’argent, et de s’offrir ce qu’on ne peut acheter immédiatement en raison de l’absence de fonds disponibles. C’est aussi une façon de consommer sans toucher à son épargne. Le revers de la médaille, c’est le découvert qui peut en résulter, ou au pire le surendettement en cas de multiplication des crédits sans avoir les moyens de les rembourser. A suivre, les solutions pour ne plus être à découvert et nos conseils pour éviter le surendettement.




 

Il faut éviter de faire un crédit pour combler un découvert


Emprunter pour rembourser un autre emprunt (le découvert peut être considéré comme tel) est une hérésie, tout comme le fait de demander un prêt personnel pour combler un gros découvert bancaire. Il n’y a pas mieux pour se retrouver surendetté plus vite qu’il n’en faut pour le dire. La solution : prendre les devants, et éviter d’être à découvert. Même si c’est facile à dire, c’est un peu plus difficile à mettre en place pour les paniers percés ou pour ceux sur qui tombe la tuile du chômage.

Conseil n°1 : prévenir son banquier


Vouloir régler ses problèmes sans affranchir son banquier de la situation réelle de ses finances est dangereux : sa réaction, s’il n’y a pas de dialogue d’établi sera de suspendre le découvert autorisé, et de bloquer les paiements par carte bleue et les retraits aux distributeurs si le découvert n’est pas comblé dans les limites de temps légales (15 jours consécutifs).

Rappelons qu’en matière de service bancaire, tout est négociable, et que si son conseiller bancaire est prévenu en amont, il va être possible, peut-être, de revoir les agios à la baisse, et de négocier l coût des lettres de rappel (très important). Et puis, pourquoi pas mettre en place un petit crédit avec sa banque avec un taux d’intérêt moins élevé que celui du découvert, si les problèmes sont passagers, le temps que la situation s’améliore.




 

Conseil n°2 : utiliser son épargne disponible


Vu le taux de rendement actuel du livret A, il serait dommage de continuer à faire dormir son argent alors que notre compte de dépôt est à découvert. Les intérêts gagnés sur le premier ne viendront pas compenser les pertes du second. Rappelons que depuis quelques mois, le livret A ne rapporte plus que 1,25%. C’est faible, voire ridicule. Il faut donc utiliser cet argent en cas de découvert, plutôt que de faire un crédit pour le combler. En plus, l’argent placé sur le livret A (comme sur les super livrets bancaires) et disponible à tout moment, sans frais, donc pas d’inquiétudes à avoir de ce côté-là.




 

Conseil n°3 : vendre ce qu’il est possible de vendre


Trop de consommation tue la consommation. Moralité, il suffit parfois de jeter un œil chez soi pour s’apercevoir qu’il y a des objets que l’on peut vendre, afin de récupérer un peu d’argent, qui pourra servir le cas échéant, pourquoi pas, à combler son découvert. Faire un peu de tri à la maison ne fait de mal à personne. Les sites de vente de particulier à particulier comme le bon coin ou price minister permettent d’écouler les marchandises et autres objets qui n’ont plus d’utilité pour vous : pensez-y !

Si vos objets sont de valeur, la vente aux particuliers n’est peut-être pas la meilleure chose à faire. Une autre solution peut rapidement s’imposer, pour retrouver de la trésorerie le tend que tout rendre dans l’ordre : le prêt sur gages. Concrètement, il s’agit de se rendre dans une agence du Crédit Municipal, et de lui confier son ou ses objets de valeur contre un prêt. Vous avez un an pour rembourser le crédit et récupérer l’objet. Ci cela n’est pas fait, votre bien sera vendu aux enchères, et vous récupérerez la différence s’il rapporte plus que la somme de l’argent emprunté + les intérêts.

Conseil n°4 : rachat de crédit et hypothèque, les atouts des propriétaires


Les propriétaires immobiliers sont un peu mieux lotis que les autres, quand il s’agit de trouver des liquidités pour faire face à des difficultés financières comme un découvert trop important.

Première solution : l’hypothèque rechargeable. C’est une façon de faire un nouveau prêt quand on a commencé à rembourser son emprunt immobilier. On peut ainsi être propriétaire, tout en continuant son train de vie : vacances et voiture neuve. Le côté moins drôle du truc, c’est qu’il faut mettre son bien en hypothèque pour cela. Si on ne peut plus rembourser, on perd tout, maison comprise.

rachat de crédit

Deuxième solution : le rachat de crédit. Là, tout le monde connaît le truc, ou à peu près. Quand on a trop de dettes, on les fait racheter dans leur ensemble par un autre organisme, en souscrivant un nouveau crédit qui les englobent toutes. En contrepartie, il faut rembourser plus longtemps, et au final, le nouveau crédit coûte beaucoup plus cher que tous les autres réunis.

Conseil n°5 : la vente de ses actifs financiers


Quand on a trop de dettes mais un peu d’argent de côté, il faut se demander à un moment si le mieux n’est pas de casser son épargne, même en cas de perte des avantages fiscaux que donnent certains placements.

L’assurance vie par exemple. Même si c’est un placement à long terme, il est possible d’en racheter une partie pendant la durée du contrat (les 8 ou les 12 premières années). Généralement, l’assureur proposera un prêt pour éviter de casser le contrat, et ainsi de voir les intérêts de l’assurance-vie fiscalisés.

Casser son PEA : pourquoi pas, s’il est possible de vendre des actions en réalisant une belle plus-value. Pour ne pas perdre le bénéfice des avantages fiscaux, l’opération ne doit pas intervenir avant les 5 premières années. Avec un compte titre, c’est plus simple, puisqu’il n’y a pas d’avantages fiscaux associés (l’exonération est toutefois possible sur les 15 000 premiers euros vendus).

  • TROUVER UNE SOLUTION
    TROUVER UNE SOLUTION

D’autres conseils pour éviter le découvert


Quand on a des problèmes, on pense à tout pour les régler. Pour combler son découvert, on peut demander un coup de pouce financier à la famille ou aux amis, mais aussi à son patron. Eh oui ! Sachez que dans toutes les entreprises, il est possible de demander une avance sur salaire. Et si vous ne voulez pas vous retrouvez rapidement dans le rouge (c’est un cercle sans fin) pourquoi ne pas demander une avance sur le treizième mois, si vous y avez le droit ?

Notre dernier conseil, et nous finirons par là, et d’éviter au maximum les frais bancaires, qui viennent alourdir la note rapidement. En particulier ceux qui concernent les chèques sans provisions : ils sont énormes, et engendrent des complications administratives importantes.