Crédit pour fiché Banque de France : fichiers FICP et FCC (interdiction bancaire BDF)

interdit

Faire parti d’un fichier relatif aux incidents de paiement rend le quotidien d’un usager bancaire compliqué. En effet, il faut s’adapter aux mesures d’interdictions prises par sa banque pour pouvoir continuer à faire des achats avec des moyens de paiement ou contracter de nouveaux crédits. Quelles que soient les mesures dont on peut s’estimer victime (fichage Banque de France, interdit bancaire) il existe des solutions potentielles à tenter pour s’en sortir et rétablir sa situation.




Les fichiers d’incident bancaire


Les problèmes d’argent, et en particulier ceux qui mettent en cause le règlement de ses dettes, n’entrent pas tous dans la même catégorie. En effet, il faut distinguer les fichiers où sont inscrits ceux qui ont mal utilisés leur chéquier ou leur carte bleue, des fichiers qui concernent les incidents de crédit. Une troisième voie distingue les usagers du système en situation de surendettement.

Que veut dire être fiché Banque de France ou fiché BDF ?

Même si la plupart des gens emploient cette expression, être fiché BDF ne veut rien dire, si le type de fichage n’est pas précisé. Il faut donc distinguer le fichier FCC du fichier FICP, et du FNCI.

Le FCC, ou fichier central des chèques, a été créé pour sécuriser cette façon de régler ses achats ou ses factures. Les chèques sans provisions sont ainsi plus facilement évités, à condition de pouvoir consulter ce fichier pour refuser le paiement. Ce sont les banques qui déclarent les incidents de paiement relatifs à un chèque sans provision à la Banque Centrale. Les mêmes règles s’appliquent à ceux à qui ont a retiré la CB pour mauvais usage ou usage abusif.

Le FICP, ou fichier national des incidents de remboursement de crédit aux particuliers, a été créé pour éviter aux familles de se retrouver dans la délicate situation du surendettement. C’est un garde fou contre les excès de la surconsommation. Ce fichier va également permettre à ceux qui prêtent de l’argent d’avoir une vision sur les capacités de remboursement de leur emprunteur. On devient FICP si on a déposé un dossier de surendettement, si une ou plusieurs mensualités d’un crédit n’ont pas été honorées, et si un découvert bancaire n’a pas été recouvré dans les délais impartis.

Le FNCI est un fichier informatif qui concerne notamment les oppositions pour perte de chèques. Le consulter permet notamment aux commerçants de se prémunir contre les chèques volés ou sans provisions.




 

Problème de fichage Banque de France


Les conséquences varient en fonction du type de fichage à la Banque de France, et n’auront pas la même influence sur la vie quotidienne des usagers. Mieux vaut les envisager avant de « déraper ».

Etre fiché FCC entraîne la fin pure et simple de sa possibilité d’émettre des chèques, où éventuellement de payer par carte bancaire. Si la régularisation des impayés n’intervient pas, l’interdiction frappe le contrevenant pendant 5 ans. Non seulement il devient interdit d’émettre des chèques, mais il faudra également rendre à sa banque le chéquier en sa possession

Etre fiché FICP n’est pas une sanction en soi. C’est un effet un fichier qui informe les organismes de crédit, sur les incidents éventuels passés (non encore résolus). Une banque peut tout à fait décider de vous prêter de l’argent même si vous être en situation FICP. Toutefois, à moins d’avoir d’excellentes relations avec son banquier, obtenir en nouveau prêt en étant FICP reste improbable.

Etre fiché FNCI aura pour conséquence, dans la plupart des cas, si consultation il y a, d’entraîner le rejet du chèque par le commerçant, qui demandera un autre moyen de paiement pour être réglé.




 

Comment savoir si je suis fiché Banque de France ?


Comment savoir si on est fiché à la Banque de France sur les fichiers FICP ou FCC ? Le règlement n’est pas le même selon le fichier.

Si je suis FCC, c’est la banque qui va me prévenir au plus vite, par courrier et par téléphone pour éviter d’aggraver la situation. En effet, chaque chèque supplémentaire sans provision entraînera des frais importants, et la situation deviendra de plus en plus difficile à régulariser, d’autant plus que l’on peut-être responsable pénalement si on agit en toute connaissance de cause, malgré l’interdiction d’émettre des chèques supplémentaires. Il se peut que l’autorisation de découvert soit bloquée automatiquement par sa banque, le fiché FCC s’en apercevra donc très vite au moment d’utiliser sa réserve de liquidité.

Si je suis FICP, le seul moyen reste de se présenter avec sa carte d’identité à la Banque de France, puisque chacun peut avoir accès aux données qui le concerne. La demande peut aussi se faire par courrier à la BDF, avec photocopie jointe de sa pièce d’identité.

Si je suis FNCI, le plus simple reste de téléphoner à un organisme censé assurer les commerçants grâce à un numéro dédié

Comment savoir si on est toujours fiché BDF ?

La règle est simple. Si on a réglé ses dettes, notamment celles concernant tous les chèques sans provisions émis, l’interdiction de 5 ans disparaît, et l’on est défiché. Pour le fichier FICP, il faudra renouveler la demande en fonction de l’évolution de la situation.

Si je suis fiché Banque de France, que faire ?

Pour être défiché du FCC suite à une interdiction d’émettre des chèques, il faut régulariser ! Le seul moyen d’en finir avec les 5 années d’interdictions sera de régler les chèques qui ont posés problème. La régularisation peut se faire de différentes façons :

  • Un paiement direct au commerçant lésé (exemple). Celui-ci devra alors remettre au payeur le chèque rejeté par la banque. Pour prouver sa bonne foie, le FCC transmettra se chèque à son conseiller comme preuve de son règlement
  • Chaque chèque sans provision peut être présenté une seconde fois. Le mieux reste donc d’alimenter son compte en prévision.
  • Provisionner son compte pour le deuxième dépôt du chèque à venir.

Pour être défiché du FCC suite à une mauvaise utilisation de sa CB, il y a la solution du règlement, bien évidemment, en prouvent à sa banque que tous les débiteurs ont été réglés. Mais on peut aussi contester le fichage FCC, si l’on considère que la  banque est à l’origine de l’erreur, et que l’on n’est pas responsable de l’incident qui a créé cette situation.

Dans tous les cas, c’est la banque qui demandera après de la BDF votre défichage.

Crédit pour une personne fichée Banque de France


Comment obtenir un prêt en étant interdit de crédit BDF ? Il est difficile d’emprunter de l’argent lorsqu’on est signalé par la Banque de France. En effet, les banques, ou les compagnies financières vont systématiquement consulter les fichiers d’incidents de paiements à leur disposition avant de se décider à prêter de l’argent. Plus que la faculté de remboursement (les justificatifs de salaire), c’est bien le comportement de l’emprunteur face à la discipline de remboursement mensuel qui est étudiée à la loupe. Les banques ne rentrent pas dans les considérations personnelles avant d’engager des fonds, elles ont des grilles, avec des cases à remplir. Dès qu’un demandeur de crédit sort de la case, le dossier est refusé, c’est aussi simple que cela. Heureusement, il reste des solutions pour emprunter de l’argent lorsqu’on est BDF.

Prêt pour les fichés Banque de France

Comment emprunter avec un fichage Banque de France (interdit bancaire) ? Si les banques traditionnelles se refusent à s’engager dans un crédit pour interdit bancaire, il faudra passer par d’autres voies pour trouver les moyens d’obtenir l’argent nécessaire à ses besoins, même dans cette situation pour le moins bancale. L’astuce la plus facile à mettre en œuvre reste la solution de l’étranger. S’adresser aux voisins européens permet de se refaire une certaine virginité bancaire, en toute légalité.

crédit fiché

L’union permet aux banques des différents pays de l’Europe de se mettre en concurrence. Si les taux vont ainsi pouvoir être révisés, il y a un autre avantage à emprunter de l’argent en Belgique, en Suisse ou au Luxembourg (nos voisins les plus proches et les plus surs). Ces pays ont leurs propres fichiers d’impayés, et ce ne sont pas ceux de la Banque de France, ce qui permet, à certaines conditions, de pouvoir emprunter de l’argent en dehors des frontières françaises.

Petit crédit rapide pour FICP

Si je suis FICP, cela ne veut pas dire que personne ne voudra me prêter de l’argent. En effet, ce fichier BDF n’a été créé que pour informer les partenaires financiers, et non pour créer une sanction obligatoire, à la différence du FCC qui empêche d’avoir de nouveaux moyens pour payer autre que l’argent liquide. Toutefois, dans les faits, à moins de présenter à sa banque un CDI et de belles fiches de paye avec plusieurs zéro, difficile de susciter l’agrément en étant ficp. Si la banque refuse le prêt, il ne faut pas hésiter à passer par d’autres voies, en particulier celle des prêts entre particuliers.

Comment obtenir un crédit tout en étant FICP ?


Les particuliers qui prêtent de l’argent à d’autres particuliers, voilà un système qu’on a essayé de légaliser et de mettre en place pendant plusieurs dizaines d’années, avant qu’il puisse voir le jour à la fin des années 2010. Des plateformes sérieuses, souvent en partenariat avec des banques classiques, se sont créés, notamment sur le net, offrant une autre possibilité que la finance classique pour les emprunts d’argent. Le crédit, lorsqu’il passe par un particulier, devient plus social et moins sulfureux. Certains ont l’impression de faire une bonne action, en en retirant quelques bénéfices, les autres peuvent emprunter malgré des dossiers parfois fragiles. Le prêt PAP devient de  plus en plus populaire, surtout auprès des classes défavorisées, qui y trouvent une autre écoute que celle de leur banque, qui fait souvent la sourde oreille.

  • Règles PAP
    Règles PAP

Attention toutefois, un prêt entre particuliers est strictement encadré, dans l’intérêt des deux parties,

ne jamais souscrire un crédit PAP en répondant à une petite annonce.

Ne passer que par des plateformes certifiées comme celle de Prêt d’union.

Microcrédit pour fiché Banque de France

Vouloir faire un crédit, ce n’est pas forcément avoir besoin d’emprunter beaucoup d’argent, et faire un prêt immobilier. On peut avoir besoin d’un crédit d’urgence, pour boucler les fins de mois ou pour payer certaines factures qui sont toujours en attente, même après avoir touché son RSA ou ses Assedics. La CAF a mis en place toute une gamme de micro crédits pour venir en aide au plus pauvres, dans leur vie quotidienne, afin de permettre à chacun de ne pas se faire trop exclure du système. On peut ainsi faire des travaux dans sa maison, mais aussi faire réparer sa voiture, ou bien encore éviter les coupures de courant lorsqu’on doit quelques mensualités à EDF.

Pour les entrepreneurs demandeurs d’emploi qui voudraient monter leur entreprise, l’ADIE vient en aide aux chefs d’entreprises (futurs) en mettant en place un micro crédit, sorte de coup de pouce pour lançer son activité économique. Le gros plus de l’ADIE, ce n’est pas que de prêter de l’argent ? L’association intervient aussi tout au long du projet professionnel, en offrant son assistance et l’éclairage de ses conseillers, rompus à ce genre d’exercice.

Enfin, certaines associations peuvent aussi mettre en place des mini crédits pour les plus défavorisés, évitant ainsi aux exclus de ce diriger vers un prêt revolving à la consommation. Il faut s’adresser par exemple à la Croix Rouge.

  • A LIRE
    A LIRE

Obtenir un rachat de crédit en étant fiché à la Banque de France


 Nous terminons notre tour des aides pour un FICP qui souhaite un crédit par un détour vers les rachats de crédit. En effet, il est possible de regrouper ses dettes en souscrivant un nouvel emprunt, qui va venir se substituer à tous les autres. Le rachat de crédit va permettre de faire baisser ses mensualités de remboursement, tout en évitant de devoir répondre chaque mois à de multiples créanciers, pas toujours facile lorsqu’on travaille ou lorsqu’on se laisse facilement déborder par la paperasse.

Mais le rachat de crédit n’a pas que des avantages, puisqu’il va apporter une nouvelle dette au ménage, plus importante, car il faut bien payer les intérêts de l’organisme qui va être à l’origine de ce rachat de dettes. De plus, il faudra monter un dossier solide pour que le rachat passe, et souvent mettre son bien immobilier en caution, dans un prêt hypothécaire par exemple (très courent en Belgique). Le jeu en vaudra t’il la chandelle ? C’est à chacun de peser, en son âme et conscience, les risques d’un rachat de crédit. Quoi qu’il en soit, il faudra toujours veiller à ne pas dépasser un certain taux d’endettement, afin de ne pas trop gréver les ressources mensuelles de la famille.