Vacances : comment faire sans argent ?

vacances pour fauchés

Tout le monde a besoin de vacances, mais tout le monde n’a pas les moyens de s’en payer, qu’il s’agisse d’une semaine ou d’un mois. Certains disent qu’il est possible de partir en vacances sans argent. Comment font-ils ? On peut obtenir une aide financière, pour soi et ses enfants, mais aussi profiter des trucs et astuces existants pour voyager sans dépenser d’argent. Ne restera alors plus qu’à choisir : mer ou montagne ?




 

Que faire quand on ne peut pas se payer des vacances ? Les aides CAF


Souvent c’est une question de moyens, mais quand on n’a pas d’argent, il faut commencer par voir si on est éligibles aux aides financières pour partir en vacances. La première porte où il faut cogner, c’est celle de la CAF, qui propose une aide aux temps libres pour les plus démunis, avec un montant qui dépend du quotient familial (mais qui ne reste pas très élevé de toute façon).

Pour en bénéficier, il faut avoir un ou plusieurs enfants, âgés de 3 à 18 ans, et déjà toucher des prestations familiales pour eux. Il n’y a aucunes démarches à faire, la CAF enverra directement les bons à votre domicile. Une bonne façon de financer une partie du séjour du petit dernier en colonie de vacances.




 

Les réductions SNCF

Pour prendre le train en payant moins cher, on peut bénéficier de la carte famille nombreuse, mais aussi de la carte enfant famille, avec des réductions allant jusqu’à 50% sur le prix des trajets. C’est une aide sous conditions de ressources, pour les familles jusqu’à 2 enfants mineurs. Se rapprocher de la CAF ou de la SNCF pour plus d’informations.

Dans la même veine, il y a donc la carte famille nombreuse quand on a à sa charge 3 enfants ou plus. Les réductions, habituellement de 30% peuvent atteindre 75% pour les très grandes familles (6 enfants).

  • A noter :
    A noter :

La carte, et c’est bien dommage n’est pas gratuite.

Il faudra s’acquitter de 19€ pour la créer, même si elle est valable 3 ans).

L’AVF permet aux plus pauvres de changer d’air

L’aide aux vacances familiales, c’est une participation financière de la CAF pour payer un hébergement de vacances. Elle est réservée aux petits quotients familiaux (moins de 555 euros) et est proportionnelle à la durée du séjour qui ne doit pas être inférieur à 5 jours. Le lieu d’hébergement choisi doit avoir l’agrément VACAF.




 

Penser à sa boîte pour partir en vacances


Pour ceux qui travaillent, l’entreprise peut aussi financer en partie les congés des salariés. Ainsi, les comités d’entreprise sont attentifs aux difficultés matérielles que peuvent rencontrer leurs collègues. Les CE sont en principe très actifs pour tout ce qui est de l’organisation des vacances en colo pour les enfants, mais aussi pour faire bénéficier les salariés de chèques vacances.

Ces derniers sont utilisables pour payer de nombreuses prestations liées aux vacances : restaurant, péage, activités sportives, sorties, essence, hôtel… C’est le même principe que pour les tickets restaurant, l’employeur prenant en charge la moitié de la valeur faciale du chèque.

Les aides de la ville de Paris


Paris est une grande ville, avec beaucoup de ressources financières, et a ce titre, elle aide les familles qui n’ont pas toujours les moyens de le faire à pouvoir partir en vacances, par le biais de différents dispositifs mis en place avec l’aide de la CAF et des associations qui luttent contre la précarité.

Vacances et Familles, une aide pour les plus modestes

Il s’agit ici d’une association qui ne fait pas de distinction entre les femmes qui élèvent seules leurs enfants, les couples, au chômage ou non. Des séjours à la campagne sont organisés pour permettre aux familles de partir en vacances, loin de leurs soucis et de leur quotidien parfois bien terne.

En plus du logement, il est possible d’obtenir une aide en conseils pour aider la famille à trouver de quoi financer son séjour, puisqu’elle devra s’acquitter des repas, mais aussi du transport pour se rendre sur place.

VTF développement : pour les familles qui ont un enfant handicapé

Avoir un enfant qui supporte un handicap, et être soi même demandeur d’emploi, au RSA, ou dans une situation financière bancale ajoute à la complexité de trouver les moyens de partir en vacances. C’est pourquoi l’association VTF met à la disposition des personnes éligibles des centres de vacances adaptés, permettant d’en profiter malgré son handicap.

L’aide aux familles modestes : l’aide aux vacances familiales

Une aide réservée aux allocataires de la CAF de Paris, pour leur permettre de partir dans des structures de vacances, avec un loyer bien moindre de ce qu’ils pourraient payer ailleurs. En effet, la CAF va prendre en charge une partie du coût du séjour, le pourcentage d’aide dépendant de son quotient familial. Une façon de pouvoir enfin partir en vacances en famille, même en gagnant peu d’argent.

Les structures associatives du Secours Populaire

Mêmes les personnes en situation précaire peuvent partir en vacances, grâce à l’aide du Secours Populaire. Plusieurs types de séjour sont disponibles : pour les enfants, pour les adolescents, mais aussi pour les familles. L’occasion de changer d’air, et d’échapper à son quotidien.

Mais le Secours Populaire, c’est aussi l’organisation de la journée des oubliés des vacances à Cabourg : une journée à la mer pour les parisiens qui n’ont pas la chance de partir.

Et pour les personnes âgées

C’est qu’on a faillit les oublier ! Mais non, le centre d’action sociale de la ville de Paris pense aussi aux seniors qui ne peuvent se payer des vacances. Il propose aux retraités des excursions d’une journée, mais aussi des séjours complets, à condition d’habiter Paris depuis au moins 3 ans.

  • Bon à savoir
    Bon à savoir

Un certificat médical autorisant la personne âgée à partir en excursion est indispensable.

Concernant le financement, un barème est appliqué en fonction de la pension de retraite du bénéficiaire du séjour.

Comment faire le tour du monde sans argent ?


profiter de ses vacances

Voyager, c’est parfois devoir trouver des petites combines permettant d’économiser centime après centime, la débrouille étant popularisée dans des émissions télé comme celle de Pékin Express. Un voyage, c’est trois grandes dépenses importantes : il faut se loger, se nourrir et se déplacer. A partir de là, le reste n’est qu’accessoire, mais comme il n’y a d’indispensable que le superflu…

Comment se faire loger sans payer ?

L’auberge de jeunesse n’est pas très chère, mais pour un étudiant qui voyage, c’est déjà beaucoup. Alors pourquoi ne pas se retrousser les manches, et proposer de travailler en échange d’un lit et de draps propres ? Il y a toujours besoin de petites mains, ne serait-ce que pour faire le ménage. Pour ceux qui touchent en informatique, rien de tel qu’un petit hôtel sans site Internet, auquel proposer un échange de prestations : je te fais ton site, et en échange, je dors gratis !

Si on n’est pas trop regardant sur le confort, on peut aussi dormir à la belle étoile, faire du camping sauvage, ou dormir à l’aéroport pendant une correspondance, histoire de gagner une nuit d’hôtel.

Enfin, la solution d dormir chez l’habitant reste la plus abordable et la plus sympa pour découvrir une région ou un pays. Nous conseillons d’aller visiter le site Couchsurfing, qui répertorie les gens offrant un canapé pour une nuit ou plus. Cela demande quand même un peu d’organisation, car il faut planifier en avance ses différentes nuits, sachant qu’il y a beaucoup de demandes. Tout le monde ne peut pas être le héro de « j’irai dormir chez vous ».

Comment ne pas payer sa nourriture ?

Même dans les pays du tiers monde, même en mangeant dans la rue, la nourriture à un coût, mais si on a l’estomac bien accroché et pas de grandes prétentions quant à l’hygiène et à la gastronomie, on peu manger pour pas cher.

Pour les fauchés, possibilité de faire les poubelles des restos, comme à LA, ou mieux, de travailler dans un restaurant, les employés étant nourris gratuitement en plus de leur salaire. Même chose pour les bénévoles, qui peuvent généralement manger gratuitement au siège de leur association. Certains pays ont une tradition de soupe populaire, pourquoi ne pas en profiter si on est fauché ?

Ne pas payer ses moyens de transport

Le plus sur moyen (pas en sécurité) de se déplacer gratuitement reste le bon vieux stop. Un pouce levé, un grand sourire, une pancarte pour les mieux équipés, et c’est partie, on the road again !

Plus romantique, les trains de marchandise, comme dans les films d’aventures américains. Plus sportif, la marche à pied, mais prévoir de bonnes chaussures, des pansements, et un déodorant pour voûte plantaire en cas de rencontre sympathique. Dans le même genre, les tours du monde en vélo sont à la mode, mais il faut avoir les cuisses qui aillent avec.

  • A LIRE POUR EN SAVOIR PLUS
    A LIRE POUR EN SAVOIR PLUS

Gagner de l’argent en voyageant

Là, on touche au nec plus ultra. C’est ce que vivent les jeunes filles au pair, ceux qui s’engagent sur de grands bateaux de pêche en Alaska, ou dans la marine. Et pourquoi pas se lancer dans la rédaction d’un blog couvrant ses aventures à travers le monde, et financé par la publicité ?

Il est donc possible, finalement de partir en vacances sans argent. De la débrouille, et un bon sens de l’anticipation, et le tour est joué (enfin c’est vite dit).