Prêt pour projet professionnel : les sites de crowdlending, le crédit sans banque pour les entreprises !

prêt projet professionnel

Pour financer un projet d’entreprise, il est possible d’aller voir ailleurs que chez son banquier, et ça c’est révolutionnaire ! Le financement d’un projet professionnel peut se faire auprès de particuliers, directement via un site de crowdlending. Ceux-ci fleurissent sur le net, offrant à celui qui recherche un prêt personnel sans les banques une solution (de toutes façons, ces dernières ne peuvent pas prêter à tout le monde).Mais quels sont les meilleurs sites de crowdlending en France pour trouver un prêt pour un projet professionnel ?




 

Le crowdlending, c’est quoi ?


En quelques mots : du financement participatif pour les entreprises (à ne pas confondre avec les sites de dons entre anonymes). Car les particuliers peuvent maintenant consentir un crédit pour une PME, là où une banque hésite à faire un crédit professionnel sans apport. Et ça marche ! Il n’y a qu’à voir le succès récent des prêts PAP pour s’en convaincre, même si les taux ne sont pas meilleurs (c’est même le contraire, du fait des conditions pouvant être plus faciles). Le dispositif à des beaux jours devant lui.

Pour les particuliers intéressés pour investir leur épargne, attention tout de même : il s’agit de capital risque dans la plupart des cas, ce qui signifie qu’on ne peut pas toujours être certain de récupérer sa mise, le monde de l’entreprise étant plein de dangers pour les entrepreneurs ! Par contre, si ça marche, un rendement de 5% voir plus peut être envisagé, d’autant plus que celui-ci est versé avec régularité et n’est pas soumis aux plus values. Peu de placements à l’heure actuelle offrent un rendement de ce niveau. Pour trouver le meilleur, mieux vaut faire une petite simulation.




 

Unilend


Quand un particulier s’engage à prêter de l’argent à une entreprise, c’est parce qu’il y croit. Les PME ont ici un soutien de choix. Unilend est une grosse plateforme permettant de faire un petit crédit, 10000 euros, jusqu’à un emprunt plus conséquent : 1/2 million, qu’il faudra être capable de rembourser en 5 ans maximum. L’avantage de ce site de crowdlending, en plus de pouvoir trouver un financement, est la rapidité de la mise à disposition des fonds : selon le projet, moins d’une heure peut suffire, même si en moyenne mieux vaut compter sur 15 jours. Le taux d’intérêt annoncé sur le site englobe tous les frais. On sait donc tout de suite combien on va avoir à rembourser chaque mois.

Pour lancer la machine, il faut commencer par présenter le projet sur le site. C’est une première bonne vitrine, car au final, cette publicité là est gratuite. Le taux n’est pas encore fixé. Il le sera en fonction des propositions des particuliers. La bonne nouvelle : pas de garanties demandées (et donc pas de nantissement du fonds de commerce comme peuvent l’exiger les banques).

Frais : En plus des intérêts de remboursement, sachez que 4% des fonds réunis (si la totalité des besoin a été souscrite) via la plateforme sont prélevés par Unilend + 1% par an de ce qu’il reste à payer.




 

Les règles pour emprunter

Si on ne demande pas de garanties, il y a tout de même des règles à respecter. Ainsi, l’entreprise doit être française et exister depuis au moins 3 ans. Ne sont donc éligibles que celles qui ont passées le cap difficile des trois premières années, ce qui rassure les particuliers. Il faudra donner des détails sur la situation financière de sa société. SI celle-ci est mauvaise, il y a peu de chances d’être accepté dans le programme.

Les prêteurs, eux doivent aussi être de la CEE, de Suisse ou de Monaco et majeurs, ce qui tombe sous le sens. Tout le monde peut commencer à prêter, puisqu’il est possible d’ouvrir un compte avec 20 euros. A vous ensuite de choisir le projet qui vous interpelle et de formuler votre offre : montant et taux. Ces conditions seront ensuite validées (ou non) par l’entreprise demanderesse. Attention : en cas de nombreux souscripteurs, et si les besoins sont dépassés, ce sont les taux d’intérêts les plus faibles qui seront retenus en priorité.

Crowd Fund Bank


Encore une structure qui permet aux entreprises de trouver un financement en dehors du système bancaire classique, de trouver un taux d’intérêt convenable, mais aussi de se faire connaitre du grand public. Ce n’est plus le banquier qui va décider si votre projet et oui ou non viable, mais le grand public, et cela change tout ! Quand on est dans une phase de développement, il faut aussi penser à cet outil de communication là.

financement entreprise

Crowdfundbank étudie le dossier à fond, dont mettez toutes les chances de votre côté avant de le présenter en réunissant bien tous les documents demandés par l’organisme. Une fois le feu vert reçu et la dernière liasse fiscale « validée », à vous l’Amérique ! Vous avez 1 mois pour convaincre les particuliers de vous faire confiance et de croire en votre projet. Dans tous les cas, vous n’aurez pas de caution personnelle à donner et il ne faudra donc pas engager vos biens propres. L’emprunt peut atteindre 1 million d’euros : qui dit mieux ?

Frais en + des intérêts : 3% de l’emprunt

Prexem


Encore une plateforme assez simple de mise en relation entre particuliers qui souhaitent prêter et TPE ou PME qui ont des besoins pour se développer ou pour lancer de nouveaux projets. Le système, détaillé un peu plus haut est à peu près le même, les mots d’ordres étant ici simplicité et rapidité. Pour les prêteurs, 10% d’intérêt n’est pas utopique, tout dépendra de l’offre et de la demande.

Les conditions pour les entrepreneurs qui veulent emprunter

Un seul exercice comptable suffit : bonne nouvelle pour les jeunes entreprises enregistrées en France. Ici, ce ne sont pas les particuliers qui fixent le taux, mais Prexem, en fonction du montant demandé et du projet.

Frais : 3% du montant emprunté + 1% par an + 0,5% sur le compte de garantie pour les prêteurs.

Prêt Up


Le financement participatif n’en finit pas de voir de nouvelles plateformes émergées. Prêt up est de celles-ci, mettant comme ses consoeurs les contraintes bancaires au rebut. Car les entrepreneurs qui sont allez « pleurer » auprès de leur banquier le savent : il est de plus en plus difficile d’obtenir un prêt de sa banque, à moins d’avoir les reins très solides. Beaucoup d’intermédiaires devront donner leur avis, et le dossier prendra du temps à se finaliser, parfois plusieurs mois. Du côté des investisseurs, ces derniers en ont marre de voir leur épargne être si peu rémunérée et ne pas savoir ce qu’on fait de leur argent. Le financement participatif est donc un système gagnant-gagnant, où chacun y trouve son compte, à condition que les échéances soient bien remboursées.

Autres plateformes

  • Bolden : des prêts allant de 20000 à 400000, remboursables entre 2 et 5 ans, pour un taux compris entre 4 et 12%. Le côté pratique : un simulateur sur le site.
  • Lendix : fonctionne comme une place des marchés et demande au moins 2 bilans faisant apparaitre un bénéfice pour toute inscription. Pour les investisseurs, il faut mettre au moins 100 euros pour ouvrir un compte.
  • credit.fr: le taux d’emprunt démarre à 3,40%. Le + : le représentant de l’entreprise qui emprunte est assuré en cas de décès ou de perte d’autonomie.

Les communautés de prêteurs


L’économie va mal, et ce n’est une nouvelle pour personne. Le modèle de nos parents ne fonctionne plus. Il faut donc se réinventer, et trouver d’autres solutions pour relancer la machine.

Le phénomène (appelons le ainsi, car il l’est véritablement) du financement participatif a démarré il y a quelques années avec les projets artistiques qui avaient besoin de fonds pour voir le jour, offrant aux artistes les moyens de leurs ambitions, mais aussi un formidable moyen de se faire connaître du grand public sous la houlette du précurseur, mymajorcompany, certains étant devenu grâce à ce bouche à oreille virtuel de véritables stars. Après les artistes, c’est le crédit aux particuliers qui lui a emboité le pas, avec l’émergence d’une nouvelle façon de se faire prêter de l’argent. Prêt d’Union est maintenant bien installé dans le paysage du crédit en France. Maintenant, c’est au tour des entreprises de s’y mettre, développant un système qui était à l’origine de la participation en capital, comme cela avait été développé par certaines associations comme Les Cigales et Garrigues.

crowdlending

Pour les entreprises faisant appel aux particuliers, c’est l’assurance d’avoir des souscripteurs totalement impliqués dans le projet, capable de s’investir financièrement mais aussi de devenir les premiers clients, d’en parler, d’en faire parler, de créer le buzz sur Internet, bref de faire passer la société dans son siècle et de lui permettre de vivre avec son temps.

Vous avez un projet pro pour développer votre structure déjà existante ? Faites jouer la concurrence, et mettez en parallèle les propositions de votre banquier et celles du crowdlending. Vous en sortirez sûrement gagnant.