La meilleure banque pour un interdit bancaire : son buraliste ?

banque tabac

Etre interdit bancaire, ce n’est pas ne plus avoir le droit à une ouverture de compte. Mais bien souvent, les banques qui acceptent les interdits bancaires le font parce qu’elles sont nommées d’office par la Banque de France. Quant au client touché par cette inscription FICP ou FCC, pas la peine de rêver à une carte de paiement. Mais il n’y a pas si longtemps, une autre alternative a vu le jour, il s’agit des bureaux de tabac, qui sans se transformer en une agence bancaire permettent à tout à chacun d’y ouvrir un compte de retrait. Explications.




 

Une banque pour interdit bancaire


Ouvrir un compte quand on est interdit bancaire c’est compliqué. La plupart du temps, les banques refusent, et il faut finir par s’adresser à la BDF pour avoir une agence qui est nommée d’office, pas toujours proche de son domicile d’ailleurs, ce qui n’est pas évident quand on a besoin d’argent rapidement.

Mon bureau de tabac : une banque low-cost ?

Les taxes sur les cigarettes augmentent, et les usagers désertent les bureaux de tabac. Pour rester en vie, les buralistes n’ont d’autres choix que de proposer de nouveaux produits à leurs clients. Parmi ceux-ci, le compte bancaire low-cost, aux frais réduits, il s’agit du compte Nickel, qui permet de payer ses achats et de toucher ses chèques.




 

Plus d’infos sur le compte Nickel


Première chose à savoir, il ne faut pas faire d’amalgame et considérer qu’un bureau de tabac est maintenant une banque. Le compte Nickel n’est pas un compte bancaire, et il n’est pas possible pour les fichés Banque de France comme pour les clients lambda d’y emprunter de l’argent. Pour faire un crédit, c’est vers sa banque qu’il faut continuer à se tourner.

Avec ce compte chez son buraliste, il est possible d’encaisser et de décaisser. Mais alors, quelles sont les différences avec les cartes prépayées que connaissent déjà bien les interdits bancaires ? Et bien, le titulaire d’un compte Nickel possède un RIB, élément indispensable à fournir dans bien des dossiers administratifs.

De plus, les titulaires de ce compte d’un genre nouveau ont à leur disposition une carte de paiement Mastercard, mais qui ne permet pas d’être à découvert (puisque c’est considéré comme un crédit). Il faut donc avoir de l’argent sur son compte pour pouvoir le dépenser. La CB fonctionne, et il est possible de régler ses achats chez les commerçants avec.




Qui peut souscrire un compte Nickel chez son buraliste ?

Il n’y a pas de restrictions, mais gageons que tout ceux qui ont des problèmes pour ouvrir un compte dans une banque constitueront le gros des troupes. En tête, les interdits bancaires, qui connaissent souvent bien des difficultés à faire partie du système bancaire classique. Rappelons qu’il y a 2 millions de français qui sont interdits bancaires.

Mais les fichés BDF ne sont pas les sommes à pouvoir profiter de ce nouveau système. On pense notamment à tous ceux qui n’ont pas d’agence bancaire dans leur village, mais qui ont un bureau de tabac. C’est un véritable service de proximité pour les zones dépeuplées.

Comment ouvrir et alimenter son compte Nickel ?


Son fonctionnement est très simple, et son ouverture rapide. Il suffit d’aller dans un bureau de tabac équipé avec deux choses : son téléphone portable et sa carte d’identité. Il se dit qu’il suffit de 5 minutes chrono pour ouvrir son compte Nicjel. Un code IBAN sera alors envoyé, pratique pour ses factures GDF ou pour régler son loyer par virement.

facilité d'ouverture

Même chose pour faire verser son salaire dessus. La carte de paiement fourni avec le pack permet également de venir retirer de l’argent liquide chez son buraliste : plus besoin de marcher des kilomètres pour se rendre à sa banque, souvent fermée entre midi et 2.

Pour alimenter son compte, c’est simple : il suffit de faire un virement, si on possède un compte bancaire par exemple, ou bien de déposer directement des espèces à son bureau de tabac, qui créditera le liquide sur le compte. Pour retirer, c’est au choix entre un distributeur où chez le buraliste (il y a moins de frais chez ce dernier), mais pas plus de 150 euros par jour.

Pour ceux qui s’inquiètent de ce que gagnent les buralistes, ils touchent une commission sur chaque ouverture et sur chaque retrait.

Les plus pauvres sont protégés

Mais ce service à un coût, même s’il est moins cher que les services proposés par la plupart des banques traditionnelles. Pour un abonnement au compte Nickel, il faut compter 20 euros par an. Pour qui retire des espèces dans un bureau de tabac, c’est 50 centimes de facturé en plus et 1 euro dans les distributeurs bancaires. Les personnes les plus pauvres, celles rejetées par le système verront donc leurs frais bancaires annuels minorés, ce qui peut augmenter leur pouvoir d’achat. De plus, comme il n’est pas possible de faire un découvert sur ce compte, pas d’agios et de pénalités qui viennent plomber le budget mensuel. Seul petit bémol : pas le droit au chéquier.

Autre service important pour ceux qui ne savent pas gérer leur budget : le relevé de compte est édité à la seconde, toutes les opérations sont immédiatement comptabilisées, ce qui permet de savoir exactement la somme disponible sur son compte lors de la consultation de son relevé Nickel.

Mon argent est-il en sécurité ?


C’est la grande question. Un bureau de tabac n’est pas une banque, et comment être sur qu’on ne va pas perdre ses économies ? Les opérations paraissent sécurisées, et les données de chacun ne sont pas consultables par les buralistes. C’est le Crédit Mutuel Arkéa qui sécurise les versements, en les cautionnant.

  • Bon à savoir
    Bon à savoir

Pour lutter contre le blanchiment, il n’est pas possible de déposer

sur son compte Nickel plus de 750 euros par mois. De plus, toutes les opérations

se passent via une borne, installées chez des buralistes sélectionnés.

Le buraliste devient ici une véritable banque low-cost (sans la fonction de crédit) de proximité, puisque prochainement, on pourra retirer de l’argent à tous les coins de rue avec ce système qui ne demande qu’à faire ses preuves

  • A LIRE AUSSI
    A LIRE AUSSI