Emprunter à l’étranger : le guide spécial FICP !

emprunt à l'étranger

Un prêt personnel à l’étranger peut permettre de passer outre les difficultés rencontrées par une personne FICP pour faire un crédit en France. Depuis quelques années déjà, emprunter en Europe n’est plus une démarche exceptionnelle, notamment pour la souscription de prêt immobilier à l’étranger. Parmi les pays qui ont la côte auprès des français, on retrouve ceux proches des frontières. Faire un emprunt en Suisse ou en Belgique en étant FICP fait ainsi partie des recours possibles pour ceux qui connaissent des difficultés à se faire octroyer un crédit en France.




 

Emprunter de l’argent à l’étranger : les raisons d’un succès


Emprunter à l’étranger quand on est FICP, il fallait y penser. La démarche est légale, est rien n’interdit à un français de souscrire un crédit auto à l’étranger, un crédit immobilier, ou un prêt à la consommation. Il faut savoir qu’en cas de crédit immobilier en dehors de nos frontières, la loi française impose à la banque choisie de faire figurer certaines mentions importantes sur le contrat de prêt : c’est la protection de la loi Scrivener, qui comprend également un délai de rétractation.

De plus, un français qui fait un emprunt en Europe va pouvoir facilement comparer les offres des pays de l’union, puisque celles-ci sont formulées selon le même principe, notamment avec le taux TAEG expliqué clairement.

Enfin, faire un crédit à l’étranger quand on est fiché Banque de France, c’est l’assurance que sa situation ne sera pas connu. Les fichiers FCC et FICP ne sortent pas du pays, et ne sont pas consultables par d’autres. Toutefois, nous déconseillons de faire un emprunt à l’étranger en étant interdit bancaire, le crédit à l’étranger pour FICP ne pouvant que dégrader une situation déjà bien mal embarquée en France.




 

Faire un crédit en Suisse, emprunter en Belgique, les prêts au Luxembourg : suivez le guide


Nous avons choisi ces trois pays pour plusieurs raisons. La première reste leur proximité. Même si la plupart des opérations se font maintenant en ligne, il ne faut pas oublier qu’emprunter de l’argent à l’étranger, surtout pour les grosses sommes, implique forcément plusieurs déplacements. Ensuite, pour ceux qui ont des soucis de compréhension avec les langues étrangères, vous trouverez toujours un banquier en Suisse ou un conseiller financier en Belgique qui parle français. Quand on évoque les gros sous, cela compte, la moindre erreur est facturée cash !

Quoi qu’il en soit, les banques au Luxembourg ou chez ses voisins européens demanderont toujours de solides garanties lorsqu’un étranger cherche à faire un crédit. Prévoir les justificatifs habituels, comme les fiches de paies, ou les avis d’imposition. Pour ceux qui veulent en savoir plus sur le prêt bancaire en Suisse, il faut savoir que les frais sont importants, bien plus qu’un France, qui reste le pays d’Europe avec les meilleurs taux. Bien sûr, être FICP pousse parfois à accepter de moins bonnes conditions d’emprunt, à partir du moment ou le crédit est accepté.

  • Règle spéciale crédit au Luxembourg
    Règle spéciale crédit au Luxembourg

Condition particulière à un crédit au Luxembourg : les banques du Grand Duché demanderont

presque toujours à un étranger qui vaut faire un emprunt de justifier

d’une activité professionnelle exercée au Luxembourg. De la même façon, un logement sur place

(contrat de bail) sera souvent demandé.




 

Prêt à l’étranger : les obstacles à un crédit décentralisé


S’engager sur plusieurs années avec une banque étrangère, la démarche est risquée, et ne manque pas de piquant. Tomber sur le bon interlocuteur peut se révéler difficile, surtout quand on ne parle pas la langue et qu’on ne maîtrise pas les coutumes du pays. Si l’accès au crédit est possible, il a sûrement un coût plus important qu’en France. L’ouverture d’un compte en Suisse, par exemple, ne peut souvent se faire qu’en y déposant une somme d’argent conséquente, qui peut en freiner plus d’un. Les interdits bancaires qui pensent trouver à l’étranger l’eldorado du crédit se trompent.

Note pour les FICP : les banques étrangères ne pouvant consulter les fichiers de la banque de France, elles demanderont des informations détaillées ainsi que des garanties sérieuses avant de contracter un prêt, surtout s’il s’agit d’un emprunt immobilier sur le long terme.

Nos conseils pour faire un prêt à l’étranger


Le mieux est encore de commencer par ouvrir un compte en banque à l’étranger, dans le pays de son choix et dans l’établissement où je souhaite faire un crédit. Le mieux, pour pouvoir le faire sans encombres, reste encore d’y travailler (dans le pays), ou d’y habiter. Pour cela, les frontaliers sont particulièrement avantagés.

Pour ne pas voir le coût de son crédit s’envolé, mieux vaut penser à inclure dans sa réflexion le taux de change éventuel (pour les pays n’ayant pas recours à la monnaie unique), ainsi que d’éventuels frais de virement. Ces frais supplémentaires peuvent faire évoluer le taux d’intérêt, et représenter une belle somme sur plusieurs années. De la même manière, certains pays interdisent les remboursements anticipés avant une certaine date. Si cela était dans vos projets, avec un héritage programmé, mieux vaut en tenir compte. L’exemple de l’Allemagne est frappant : pas de remboursement anticipé avant 10 ans.

Le mieux reste encore de se décider pour une banque et un pays, avec l’aide de son notaire, qui pourra faire le tri entre les différentes réglementations. Les lois fiscales varient d’un pays à l’autre, et si le prêt est important, il faut s’entourer d’un professionnel pour réaliser sa transaction, notamment s’il s’agit d’un bien immobilier.

Pour les FICP qui veulent emprunter à l’étranger, il serait bon de considérer aussi ce cheminement : rembourser ses dettes en France, et faire y faire un prêt ensuite, le taux d’intérêt proposé par les banques françaises étant un des meilleurs d’Europe.

Attention aux arnaques du crédit à l’étranger


Etre interdit bancaire, en situation de surendettement, FICP, au RSA, fiché FCC, tant de situations qui fragilisent les plus démunis. Et certains en profitent, notamment, lors d’une recherche pour emprunter à l’étranger. Attention aux petites annonces de prêt à l’étranger, qui émanent de pseudo courtiers. Si vous souscrivez un emprunt en dehors de votre pays d’origine, mieux vaut s’adresser directement à une grande banque. Quand aux taux d’intérêts exceptionnels vantés sur certains forums, ne s’y intéresser que s’ils émanent de ces grands établissements bancaires ayant pignon sur rue.

Dans la même veine, les faux crédits entre particuliers pullulent sur le net. Les arnaqueurs sont tranquillement installés dans des cyber cafés de Côte d’Ivoire, et pigeonnent allégrement les endettés français qui croient au miracle.

Lire notre article sur les prêts entre particuliers sérieux.

Leasing pour interdit bancaire


Obtenir un prêt auto pour une personne FICP, c’est comme trouver le graal. Changer de voiture avec une inscription Banque de France n’est pas pour demain, mais l’étranger et ses banques offrent des solutions alternatives, pour des petits prêts bien ficelés. Ainsi, le leasing auto pour FICP permet d’échapper aux règles draconiennes du prêt, en louant son véhicule, avec ou sans option d’achat. Certains pays sont devenus des spécialistes pour louer une voiture en leasing pour FICP. Le Luxembourg, notamment, concentre de nombreuses sociétés de loueurs de voitures, petites ou grosses cylindrés.

leasing

Le leasing est une formule qui n’est pas seulement destinée aux sociétés : on peut tout simplement louer sa voiture, où la payer à crédit, que l’on soit interdit bancaire ou non, dans le cas d’une location réalisée à l’étranger.

Faire un leasing au Luxembourg

Le Grand Duché offre des avantages certains aux fichés Banque de France qui tiennent à conduire une nouvelle voiture, malgré leur fichage et leur éventuelle interdiction bancaire. Même si le dépôt de caution reste très élevé.

Ainsi, en cas de leasing au Luxembourg, la carte grise sera éditée au nom de la société qui met le véhicule à disposition. En effet, être locataire ne veut pas dire être propriétaire de la voiture, à moins d’avoir fini de la payer.

Encore une fois, un leasing n’est pas un crédit, donc pas de souçis de ce côté-là. Par contre, en fonction du véhicule choisi, il faudra montrer patte blanche, et ce n’est parce que un concessionnaire au Luxembourg ne pourra pas consulter le fichier de la Banque de France, qu’il acceptera de louer une voiture à une personne qui n’a pas de revenus stables. Une bonne caution et une salaire élevé sont deux portes d’entrées inaliénables…

  • POUR ALLER PLUS LOIN : FAIRE UN CREDIT AUTO POUR FICP
    POUR ALLER PLUS LOIN : FAIRE UN CREDIT AUTO POUR FICP

Au final, me leasing luxembourgeois permet de réaliser de grosses économie par rapport à la souscription d’un crédit en France avec achat du véhicule à la clé. Les prix sont souvent parmi les meilleurs du marché, le leasing de voitures neuves étant une activité phare au Luxembourg. De nombreux français s’y rendent pour acheter une nouvelle voiture. Reste à trouver le bon concessionnaire, celui qui a de bonnes notes chez les internautes qui ont déjà testé le service. Attentions aux fausses annonces ou aux critiques trop élogieuses. De toute façon, il faudra se rendre au Luxembourg pour se faire sa propre opinion.