Crédit à l’étranger pour FICP interdit bancaire: faire un prêt dans une banque étrangère (Suisse, Belgique, Luxembourg, Andorre)

crédit à l'étranger


Emprunter de l’argent hors de France peut se révéler être une solution de secours lorsqu’on est FICP ou interdit bancaire. Selon sa situation et ses capacités de remboursement, un crédit pour FICP à l’étranger ne sera pas trop difficile à obtenir, le fichage Banque de France en Europe n’existant pas à notre connaissance. Des courtiers pour FICP facilitent le travail pour emprunter à l’étranger, même s’il est également possible de faire sa demande de crédit à l’étranger en ligne.


Est-on fiché dans les autres pays quand on est FICP en France ?


Le fichier FCC de la Banque de France, qui concerne les interdictions d’émettre des chèques ou de posséder une CB suite à des incidents de paiement, et le fichier FICP, qui concerne les soucis de remboursement de crédit concernent les français et ne sont valables qu’en France. Une banque située sur un sol étranger, et cela est aussi valable pour les pays frontaliers n’ont pas accès aux données de la BDF. Etre fiche FICP en France implique donc de l’être uniquement à l’intérieur des frontières du pays.

Il est donc possible de se diriger vers l’étranger si les portes de l’emprunt sont fermées en France. Toutefois, on ne saurait trop conseiller aux français dans une situation de surendettement présente ou à venir de chercher les moyens pour régulariser en France, avant de s’engager dans d’autres emprunts.


 

Une banque étrangère pour interdit bancaire


Si un prêt à l’étranger pour FICP peut déboucher sur un bon crédit, il faut savoir que tous les pays n’appliquent pas la même politique fiscale en matière d’emprunt. L’union européenne offre la garantie d’un prêt solide (en principe). Les frontaliers suisses ou belges ont notamment pris l’habitude de faire jouer la concurrence sur les taux d’emprunts.

Faire un prêt en Andorre

La principauté d’Andorre vit au rythme de ses détaxes, et des français qui passent régulièrement la frontière pour aller faire le plein de produits à des conditions attractives. Ce que l’on sait moins, c’est qu’Andorre a sur son sol la plupart des grandes banques européennes, largement de quoi trouver un partenaire financier même si on est fiché BDF. Mais si l’argent a afflué de l’étranger pendant très longtemps en Andorre, la crise qui a touchée le sud de l’Europe a redistribuée les cartes. Espérons que les taux d’intérêts continueront à tendre vers le bas.


 

Faire un crédit au Luxembourg

Quand on habite l’Alsace ou la Lorraine, aller au Luxembourg pour ouvrir un compte en banque est chose courante, d’autant plus que de nombreux habitants de la région de Metz vont quotidiennement au Grand Duché pour travailler. De là à faire un crédit, il n’y a qu’un pas. Le Luxembourg, par sa technologie et l’innovation de ses banques permet d’obtenir un prêt à l’étranger en ligne.

  • Règle au Luxembourg
    Règle au Luxembourg

Le pays étant habitué à gérer de nombreuses fortunes mondiales, chaque client doit pouvoir effectuer

toutes ses opérations bancaires sur le net. Si être FICP ne sera pas un obstacle pour faire

un prêt au Luxembourg, il faudra toutefois pouvoir prouver des revenus réguliers importants

pour pouvoir en bénéficier.

Emprunter en Belgique

Nos voisins belges ne sont qu’à une encablure de TGV, et un séjour à Bruxelles ou à Bruges peut-être l’occasion de comparer les taux des banques de Belgique avec ceux des banques françaises. Si la Belgique n’est pas Malte ou Jersey au niveau de son optimisation fiscale, les français qui ont choisi récemment de s’y installer l’ont fait surtout pour des raisons économiques : on a du mal à penser que le bon air des pâturages soit l’unique raison.

Un interdit bancaire français peut tout à fait se rendre en Belgique pour monter son dossier de prêt, même quand il s’agit de grosses sommes, pour un crédit immobilier par exemple.

Faire un prêt dans une banque Suisse

La Suisse fait tout pour continuer à attirer les capitaux étrangers, et cela fonctionne, même si les taux d’intérêts des comptes épargnes sont plus bas que les livrets d’épargne en France. Entre nous, si on se retrouve interdit bancaire du jour au lendemain, c’est que les soucis financiers sont importants, on ne devient pas FICP sur un coup de dé. Il faut savoir que les banques suisses, avant d’ouvrir un compte demandent le plus souvent des dépôts à la hauteur des ambitions de la banque : s’adresser à une clientèle triée sur le volet.

Si rien ne s’oppose donc à un crédit, il faudra être capable de mettre sur la balance les cautions nécessaires selon la somme empruntée.

Les organismes de prêt pour interdit bancaire


Avant de donner des pistes étrangères aux FICP, nous tenons à aborder deux mises en garde importantes : il ne faut jamais emprunter à un particulier qui se trouve à l’étranger, surtout si son offre de prêt a été trouvé sur une petite annonce. Les arnaques se développent à une vitesse grand V, en particulier envers ceux qui rencontrent des difficultés financières, c’est paradoxal.

prêt pour interdit bancaire

Ensuite, si il est possible de trouver de l’argent dans un autre pays tout en étant BDF, nous conseillons fortement à tous ceux qui sont interdits bancaires en France de commencer par régulariser leur situation dans leur pays d’origine, avant de chercher à cumuler les crédits.

La situation particulière des frontaliers

Etre frontalier est un avantage quand on est dans la situation d’un fichage BDF, ou d’une inscription sur un fichier FICP. En effet, l’avantage prend tout son sens pour les français qui travaillent de l’autre côté de la frontière, en Suisse, en Belgique, au Luxembourg ou en Espagne. Les banques ont l’habitude de mettre à la disposition des frontaliers de solutions de crédit souvent attractives et bien meilleures que celles qu’il est possible de trouver à l’intérieur de ses propres frontières.

  • Règle spéciale frontaliers
    Règle spéciale frontaliers

Un français travaillant en Suisse pourra faire son emprunt dans la devise avec laquelle il est payé,

ce qui évitera les risques liés au taux de change. Il pourra aussi gagner du temps avant de solutionner

son interdiction bancaire si tel est le cas en France.

Rachat de crédit par une banque étrangère

Restructurer son crédit va permettre d’alléger ses mensualités, et donc de pouvoir respirer à nouveau, en cas de risque de surendettement. Le rachat de crédit transforme la multitude d’organismes à qui on doit de l’argent en un seul, qui va centraliser tous les prêts après les avoir rachetés. Une telle démarche permettra de faire baisser ce qu’on doit rembourser chaque mois. Toutefois, comme dans toute opération financière, celle-ci à un coût, souvent important en fonction de l’intermédiaire et la formule choisi. La durée de remboursement sera donc allongée en cas de rachat de crédit.

Il peut être tentant de s’adresser à une banque étrangère pour son rachat de crédit. Toutefois, si celle-ci est implantée en France et que la demande de crédit est faite sur le sol français, les fichiers d’interdictions bancaires ainsi que le fichier informatif FICP seront automatiquement consultés. Il y a donc de fortes chances que l’emprunt ne passe pas si on se trouve dans une des deux situations ici citées.

Faire un prêt immobilier à l’étranger

Avant de souscrire un prêt immobilier à l’étranger, il est important de s’assurer du sérieux de la banque choisi. En effet, le consommateur doit avant tout chercher à se protéger, les sommes en jeu étant trop importantes pour prendre un tel prêt à la légère. L’offre de prêt doit être accompagnée d’une fiche européenne standardisée pour être protéger par un contrat. Effectivement, la souscription d’un prêt dans un autre pays pour acheter sa résidence principale, par exemple, peut se révéler intéressant, surtout si le taux annoncé par la banque est inférieur à ceux des banques françaises.

La fiscalité de l’immobilier fait que même si le crédit est souscrit à l’étranger, mieux vaut passer par un notaire français pour l’achat du bien, à condition que celui-ci se trouve en France. Concernant les avantages, emprunter de l’argent en Belgique ou en Espagne n’ouvrira pas les droits au taux zéro et au PTZ+. Même chose pour son PEL ou son CEL, les avantages fiscaux de ses comptes seront perdu si on emprunte à l’étranger. Bien faire ses calculs avant de se décider pour l’une ou l’autre des formules.

Les courtiers pour un crédit à l’étranger

Pour trouver le meilleur taux possible, pourquoi ne pas s’adresser à un courtier ? Ceux-ci sont souvent bien implantés dans le pays où ils exercent, et en connaissent les subtilités. Vouloir faire un prêt à l’étranger implique aussi de savoir où on met les pieds pour ne pas faire d’erreur lors de la souscription. Les solutions FICP sont souvent mis en avant par ces courtiers qui ont l’habitude de voir les interdits bancaires et les fiché BDF débarquer de l’étranger afin de réussir à emprunter de l’argent à une banque.

  • courtier
    courtier

Les courtiers prennent un pourcentage de la transaction réalisée, mais c’est souvent indolore

pour le client car ces « honoraires » seront ajoutés au taux du prêt obtenu.

Malgré cela, passer par un courtier s’avère souvent plus intéressant.

Etre interdit bancaire en Belgique


La Banque de France a son équivalent en Belgique, il s’agit de la BNB. Comment faire un prêt pour personne fichée à la BNB (fichage Banque Nationale de Belgique) ?

Tout dépend de sa situation. Ainsi, pour une réserve d’argent pour interdit bancaire en Belgique, il est possible en ouvrant un compte à l’étranger d’obtenir de petits crédits. Toutefois, ceux-ci ne seront accordés qu’avec des justificatifs de domicile, ainsi que des bulletins de salaires (pour les sommes dépassant les 1500 euros). S’il n’est pas nécessaire de justifier la dépense qui va être faite avec cet argent, il faudra prouver sa capacité de remboursement. Pour un FICP belge, c’est différent.

En effet, des incidents lors du remboursement d’un crédit n’impliquent pas forcément qu’aucune banque ne voudra prêter de l’argent et qu’il ne sera pas possible de trouver un organisme de crédit pour FICP en Belgique (ou en Suisse).

Etre fiché contentieux à la Banque Nationale de Belgique entraînera forcément une délocalisation des crédits si on a un besoin urgent d’argent. En effet, le fichage BNB implique qu’il n’est plus possible d’emprunter de l’argent en Belgique tant que l’inscription sur un fichier de contentieux perdure. Même fiché, il est donc envisageable de trouver une solution en se tournant vers l’étranger.

  • A LIRE
    A LIRE